SIMONE WEIL - un coeur pur

Citation:
 SIMONE WEIL (philosophe française - 1909-1943)

"La religion catholique contient explicitement des vérités que d'autres religions contiennent implicitement. Mais réciproquement d'autres religions contiennent explicitement des vérités qui sont seulement implicites dans le christianisme. Le chrétien le mieux instruit peut encore apprendre beaucoup sur les choses divines dans d'autres traditions religieuses, bien que la lumière intérieure puisse aussi lui faire tout apercevoir à travers la sienne. Néanmoins,  si ces autres traditions disparaissaient de la surface de la terre, ce serait une perte irréparable. Les missionnaires n'en ont que trop fait disparaître déjà.

Saint Jean de la Croix compare la foi à des reflets d'argent, la vérité étant l'or. Les diverses traditions religieuses authentiques sont des reflets différents de la même vérité, et peut-être également précieux. Mais on ne s'en rend pas compte, parce que chacun vit une seule de ces traditions et aperçoit les autres du dehors. Or, comme les catholiques le répètent sans cesse avec raison aux incroyants, une religion ne se connaît que du dedans." (page 27)
 ....
"Toutes les fois qu'un homme a invoqué avec un coeur pur Osiris, Dionysos, Krishna, Bouddha, le Tao, etc., le Fils de Dieu a répondu en lui envoyant le Saint-Esprit. Et l'Esprit a agi sur son âme, non pas en l'engageant à abandonner sa tradition religieuse, mais en lui donnant la lumière - et dans le meilleur des cas la plénitude de la lumière - à l'intérieur de cette tradition."(page 25)
...
"Quand le Christ invoque ses « χἁλαἕργα», il n'y a pas de raison de traduire par miracles. On peut aussi bien traduire «bonnes oeuvres »,
«belles actions ».
Telle que je la comprends, la pensée du Christ était qu'on devait le reconnaître pour saint parce qu'il faisait perpétuellement et exclusive-ment le bien."(page 36)


Extrait de Lettre à un religieux, 1951. 

 Edition électronique: http://classiques.uqac.ca/classiques/weil_simone/lettre_a_un_religieux/lettre_a_un_religieux.html


Ne pas diaboliser les autres par le Pape François

Le Pape François exhorte les catholiques à ne pas démoniser ceux qui ne sont pas membres de l'Eglise, et il a en particulier défendu les personnes athées, disant que bâtir des murs à l'encontre des non-catholiques revenait à "tuer au nom de Dieu"... l'article en anglais

Celui qui m'aime, c'est celui qui a mes commandements et qui les garde. Or celui qui m'aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l'aimerai et je me manifesterai à lui. Jean 14:21

Appel à la paix du Patriarcat oecuménique de Constantinople

Déclaration du  Patriarcat œcuménique de Constantinople, dans un nouvel appel à la paix et au respect des différences, 5 octobre 2012:

Les Saintes Ecritures nous enseignent, dans le Livre des Proverbes (10,12), que « la haine excite les querelles, l’amour couvre toutes les fautes ». Aimons-nous donc les uns les autres, car nous savons que le vrai amour vient de Dieu, qui a créé chaque homme et aime chaque personne dans sa divine Providence. Nous qui professons connaître Dieu, nous devons reconnaître le don divin de la vie en chacun des hommes et respecter cette semence divine. Nous qui appelons Dieu notre Seigneur, nous devons sauvegarder la vie humaine et approcher avec honneur aussi la personne avec qui nous sommes en désaccord.

Le Patriarcat œcuménique estime qu’il est de son devoir de dialoguer avec tous ceux qui sont différents de lui, dans le but de se devenir familiers des symboles, des priorités et des modes de penser  des « autres ». Les symboles sont des signes distinctifs extérieurs, auxquels tous les hommes associent leurs pensées et les valeurs qu’ils portent en eux.  Pour le développement de la compréhension des symboles, nous devons comprendre la personne humaine. Détruire les symboles, c’est faire souffrir les hommes qui honorent ces symboles et les traditions qu’ils représentent dans leurs cœurs.

Lire l'article complet de Océane Le Gall: http://www.zenit.org/article-32066?l=french

Père Matta El-Maskine

Père Matta El-Maskine, Chrétien orthodoxe copte


L'attachement à la terre et aux objets terrestres quand il atteint le degré de la passion dans le plaisir ou le souci et l'inquiétude hâte la conduite de la vie dans sa dimension temporelle et la soumet, en conséquence, fatalement, à la loi du dépérissement vers le néant qui est celle du temps.

S'attacher à la vérité - et la vérité c'est Dieu - et s'occuper de l'amour et de la vie éternelle jusqu'au don de soi et livrer son âme, c'est la marche accélérée dans la dimension intemporelle et c'est, en conséquence, pratiquer la loi de l'éternité que Dieu gouverne.

 Celui qui s'enferme dans la dimension temporelle et use ses forces à y patauger, s'affronte à un vide intérieur; car la vie éternelle s'échappe de ce qu'il y a en lui de plus profond, ou bien s'endurcit comme si elle était un ennemi ayant fait en lui sa demeure!

Celui qui, au contraire, se meut dans la dimension divine, sent le temps s'évader de sa personne et passer derrière lui; ainsi d'un homme voyageant en chemin de fer, qui voit les poteaux et les arbres fuir comme dans l'horreur pour devenir minuscules, jusqu'à disparaître de l'existence du voyageur qui reste stable à sa place, prenant bien son parti de la hâte et de l'anéantissement du décor. Ainsi le monde entier et tous les objets qui s'y trouvent se replient en quelque sorte, se minimisent et disparaissent derrière celui qui avance sur la route de la vie éternelle.

Extrait de l'Action Spirituelle par Père Matta El-Maskine

Au sujet de sa vie et de son oeuvre: Matta El-Maskine Père

 
Matta El Maskine entretien dans le désert - Solitudes ou la Balance du Coeur